On se demande si on aura un jour un site de présidence qui sortira sans faire rire tout le petit monde de l’internet.

La sortie de la nouvelle version du site de l’Elysée était attendue. L’équipe aux commandes y investissait du temps et de l’intelligence, se donnait des moyens, cherchait à innover. Elle avait largement préparé le terrain, présentant la chose en avant-première à des journalistes et blogueurs, pour en obtenir un traitement favorable. On connait la suite : les tentatives d’innovation (recherche vidéo, essentiellement) sont masquées par le ridicule du copier-coller du site internet de la maison blanche. Copie intégrale, des gabarits, des choix de thèmes éditoriaux. On a voulu faire comme là-bas. Ca ruine toute impression d’originalité, et le message implicite est atroce : je veux vraiment ressembler à un président américain.

Il suffit de cliquer sur un lien pour s’en rendre compte. Tout cela a été analysé largement toute la journée. Gabarits, zoning, iconographie, choix des typos, emplacement du moteur de recherche, boite de liens vers les media sociaux (dont certains inactifs), footer. Une copie intégrale, pur jus, sans même s’en cacher.

Si Tony Blair avait copié, à l’époque, le site de George Bush, que n’aurait-on dit ! Si On se demande comment on peut faire ça, manquer à ce point de lucidité, ou afficher un tel mépris pour le visiteur, et la créativité des studios et agences françaises.

Pour autant, ce ridicule n’est pas le premier. La sortie d’elysee.fr en 2007, simple copier-coller du site de campagne de Nicolas Sarkozy, truffé de bugs et de fonctionnements allant à l’encontre de ce qu’est une écriture web, avait irrité tout le milieu des professionnels du web. On se foutait de leur gueule. On recommence un peu, mais c’est plus des Français qu’on se fiche à présent, en leur sortant une copie du grand frère américain, comme si notre identité ne passait que par le remplacement d’une maison blanche par faisceau de licteur redessiné en bleu marine.

L’épisode précédent date d’avant, encore. En 1997, l’Elysée lançait en fanfare, le 14 juillet, son premier site internet. On y voyait une image désuète d’un tapis rouge menant aux portes du pouvoir, avec une maxime écrite de la main du président. Dans la nuit, d’aimables plaisantins mettaient en ligne elysee.org, recopiant intégralement le site en en modifiant textes et images. La maxime d’accueil devenait “ça m’en touche une sans faire bouger l’autre”, et le web indépendant référençait le pastiche plus sérieusement que l”original. Les services de l’Elysée n’avaient même pas pensé à réserver ces noms de domaine.

Deux choses ressortent de ces blagues de sortie.

La première, c’est que les internautes actifs, connectés, seront toujours plus malins et forts que les grosses machines, sur ce terrain qu’ils maitrisent, qu’ils dessinent, pour repérer ceux qui y arrivent avec leurs gros sabots. Et c’est tant mieux : cette rue est la nôtre, avant d’être celle des institutions.

On voit d’ailleurs la puissance des internautes connectés, par rapport aux journalistes vus en solo, dans des présentations en tête à tête. Ils ont tout de suite repéré la similitude avec whitehouse.gov, quand tous les articles parus, sur slate, rue89 et autres sites d’infos ou blogueurs à la solde relayaient en amont de la sortie des coulisses sans réel intérêt. L’arbre cachait la forêt. Le spin individuel ne marche plus, en ligne.

L’autre, c’est le mépris affiché, en creux, par cette première institution, à l’égard de ce truc obligé, chiant, nécessaire qu’est le web. Ce caillou dans la chaussure qu’on ne sait pas comment prendre, et donc qu’on attrape de manière brutale, sans finesse. Aurait-on imaginé un jour que l’Elysée ose commander des voitures officielles qui seraient des copies d’américaines, qu’on oublie de mettre des timbres sur des enveloppes d’invitations ? Ce sont des choses sérieuses. Le web ? Manifestement pas.

Barack Obama a su réunir une réelle intelligence du web, de l’écosystème qui s’y développe, il sait mobiliser des soutiens, agir sur l’information, forcer les administrations à s’ouvrir à son contact. L’Elysée copie un site web. On attend.

-

PS : et à côté, dans toute l’administration, des tas de professionnels font leur boulot, patiemment, savamment, en faisant avancer les choses à leur rythme, avec leurs difficultés, leurs élans. Je gage qu’ils aimeraient avoir du Château un élan et une reconnaissance.

PPS : petite note sur l’identité :

On a peu commenté l’introduction de ce logo, accolé aux pupitres du président, et désormais utilisé dans tout le déploiement de l’identité de la Présidence. On avait déjà une identité de la République, par ailleurs. On a voulu un blason pour le président, qui fasse plus chic. Il y aurait tout un cours d’héraldique à développer pour analyser l’histoire de cette identité de l’institution présidentielle. On pourra relire, aussi, derrière cette nouvelle identité, un fabuleux retour en arrière, où le président, qui avait jusqu’ici fortement personnalisé l’institution, se retranche à présent derrière elle, comme rattrapé.

Je me contenterai de relever une petite chose, très identitaire : les accents. En français, on met des accents sur les lettres, qu’elles soient en minuscules ou majuscules. Les hauts de casse, de Présidence, de République, d’Élysée, de notre fière devise, devraient porter fièrement leurs é, leurs É. Tant pis pour la langue. Et vive l’Amerique !


Mots clés:
Abonnez vous aux commentaires Commentaires | Trackback |

40 Commentaires

[...] the Internet. As Nicolas Vanbremeersch, a prominent online communications consultant and blogger reminds us (Fr), in 1997 the first Elysee.fr website was unveiled to much fanfare. It included only a picture [...]

Finance Geek » New French Presidency Website Rips Off WhiteHouse.Gov added these pithy words on mar 30 10 at 13:26

iron man ozzy osbourne lyrics youtube…

Meilcour.fr » La saga du site de l’Elysée continue…

iron man ozzy osbourne lyrics youtube added these pithy words on mai 18 14 at 01:02

Neurs Reviews…

Meilcour.fr » La saga du site de l’Elysée continue…

Neurs Reviews added these pithy words on mai 20 14 at 19:45

L’Elysée fait peau neuve numérique. Quelle note de 1 à 20 ?

C’est la question du sondage à chaud vu sur Pnyx.com ( pour participer: http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/616 ), en dehors du bug ridicule de l’audio de la version anglaise du CV de N Sarkozy (fonction qui a été vite désactivée, heureusement, des vidéos gardent une trace …).

OrangeOrange le 30 mars 2010 à 12:03

C’est certes un détail, mais sauf erreur, il me semble bien que,à part dans le mond merveilleusx des logiciels américains traduits, on ne met pas d’accent sur les majuscules, en français. Jamais… Sur aucune… SAUF… quand c’est le correcteur orthographique de Word qui nous le suggère.

Signé :

Etienne (sans majuscule sur le E)

Etienne le 30 mars 2010 à 01:03

Je ne sais pas si le logo est de retour ou sortie de.., mais il ma fait pensé aux anciennes républiques avant la chute du mur de Berlin, c’est tout dire…

Cyrille le 30 mars 2010 à 01:03

Tiens, un Etienne sans accent qui n’a jamais ouvert un dictionnaire et qui ne prend jamais le métro :-)

hipparkhos le 30 mars 2010 à 01:03

Un détail : ce blason date de 1912, et a été régulièrement utilisé sous Chirac, mais en or, pas en bleu et rouge…

Un autre détail technique : le site de whitehouse.gov est fait en drupal, logiciel open source. Celui de l’Elysée utilise des technos propriétaires de nexint (lightstorm et ezaccess). En outre, il n’est pas hébergé en France, le traceroute se perd quelque part à Londres, les géolocalisateurs annoncent les USA.

hipparkhos le 30 mars 2010 à 01:03

D’accord pour le message que ça peut faire passer, d’accord pour le mépris de l’écosystème du web (même si je ne suis pas si sûr que ce soit lié) mais est-ce si grave de copier quelque-chose qui marche ?
Il s’agit quand même au final d’un très beau site institutionnel. Franchement je préfère un site copié mais agréable qu’un site “innovant” et foireux. Le constat est là, la seule innovation est le joli buzz pour Exalead (qui le mérite), mais au moins l’Elysée a enfin un vrai site.

François le 30 mars 2010 à 01:03

Oui… la seule chose qu’ils n’ont pas copiées… la seule chose “originale”, c’est que le site n’est pas en Drupal ! …
Et bien, c’est LA chose qu’ils auraient du copier justement !
ça aurait donné un code plus propre, etc

Didier Misson le 30 mars 2010 à 01:03

Pour les accents sur les majuscules, l’Académie suit l’auteur (ou l’inverse) : http://www.academie-francaise.fr/langue/questions.html#accentuation
@hipparkos : étrange cet hébergement à l’étranger pour un site destiné aux Français…

François le 30 mars 2010 à 01:03

Pour les accents, c’est au choix. En revanche, on ne peut ne pas mettre d’accent sur certaines majuscules, puis en mettre sur d’autres. L’harmonisztion est obligatoire. Or, ce n’est pas le cas sur le site en question.

Al-Kanz le 30 mars 2010 à 02:03

La réalisation de la chose a certainement été obtenue par marché public.

Comme le savent fort bien les innombrables acheteurs publics d’europe, un marché public est un mécanisme économique intéressant : on y devient captif d’un fournisseur qui peut alors se limiter au respect littéral de la lettre du contrat ou plutôt, menacer de tout faire pour vous emmerder sur cette base s’il n’obtient pas ce qu’il désire par ailleurs.

Sous cet angle, la criticabilité d’un site Web institutionnel est la marque de la saine gestion des finances publiques du commanditaire : il n’a pas voulu céder aux demandes de rallonges de budget du détenteur du marché public.

Gus le 30 mars 2010 à 07:03

Les conditions d’utilisation en matière de liens entrants sont assez croustillantes. Petite analyse :
http://padawan.info/fr/2010/03/creation-de-liens-vers-elyseefr.html

padawan le 30 mars 2010 à 07:03

@hipparkhos : j’ai fait plusieurs traceroute et je ne vois ce qui permet d’affirmer que le site n’est pas hébergé en France. De plus il est derrière un CDN, ce qui masque le serveur d’origine.

padawan le 30 mars 2010 à 08:03

Au de là de l’aspect “tu veux faire l’americano” du site, ce qui est gênant, c’est que le site est conçu comme un moyen de propagande et non pas comme un outil de communication.
Un bon site ; http://www.regjeringen.no/en.html?id=4 … le site officiel du gouvernement Norvégien, on peut joindre les ministres, le site est en plusieurs langues, il foisonne d’infos, tout ce qui est voté ou décidé est dessus. On peut même consulter les frais de représentation des ministres. Ils sont trop forts ces Norvégiens !

politoblog le 30 mars 2010 à 09:03

J’adhère aux propos de ce billet, en particulier sur l’anecdote des majuscules qui me fait toujours bondir.

Toutefois ce que je remarque le plus et que non seulement il y a copie mais que la copie est mal faite.

Là où l’original se distingue par son aspect élégant, son utilisation du blanc, sa relative sobriété malgré les grandes photos, le culte de l’image l’emporte sur la version française : photo plus grande et multiples vignettes.

Toutefois on ne peut pas porter un jugement entièrement négatif : l’original était bon, la copie conserve de nombreux aspects positifs. Le bénéfice va à l’utilisateur qui devrait mieux s’y retrouver. Le contratse avec la version antérieure est frappante.

D’autre part le budget relativement modeste pour un site de ce type (on parle de 117000 euros) est aussi étonnant : on ne peut s’empecher de penser que le rapport qualité / prix est vingt fois meilleur que pour le site Désir d’Avenir de sinistre mémoire.

Valéry le 30 mars 2010 à 09:03

Qu’on copie le site de la maison blanche, c’est un peu ridicule, et ça traduit une baisse d’ambition, un renoncement, qui sont dramatiques…. Cela dit je trouve que les petites différences apportées sur le site de l’Elysée le rendent plus agréable.

En revanche, je suis scandalisée par la disparition des symboles de la République française : Marianne absente, le tricolore réduit à sa plus simple expression… Il me semble que ce type d’omission décrédibilise tout discours ou actions sur l’identité, la nation, les valeurs de la république, blabla. Quelle sincérité peut-on supposer dans le lancement de débat “identité nationale”, ou les projet de ‘musée de l’histoire de France”, quand la Présidence “oublie” les symboles communs au profit d’une identité “privée”?

J’ai travaillé récemment sur l’identité visuelle de l’institution (publique) où je travaille ; nous nous sommes astreints constamment à caser sur tous les supports, en plus de “nos” éléments visuels, Marianne et son bleu/blanc/rouge. Très pénible du point de vue esthétique, mais ça nous paraissait une évidence, c’est une obligation pour les administrations. Dans l’enquête préalable au lancement de l’opération, les agents de l’institution avaient d’ailleurs fait assez fréquemment indiqué leur attachement au maintien de ces éléments.

Je démarre la journée dans une colère noire…

Passante le 30 mars 2010 à 09:03

Ca s’appelle pas une contrefaçon ce genre de chose ?
Et le droit d’auteur des designers dans tout ça ? Mais que fait l’Hadopi ??

Emmanuel le 30 mars 2010 à 09:03

@Didier Misson Le validateur html du W3C n’est pas d’accord avec toi. Il est légitime de critiquer, mais il faut le faire sur des bases documentées.

François Granger le 30 mars 2010 à 10:03

Je ne veux pas avoir l’air de défendre ce site de l’Elysée (je m’en fiche un peu), mais est-ce qu’il n’est pas logique, lorsqu’on développe un site, de faire du benchmarking et de copier ce qui marche.

Et pas ce qui marche par hasard, mais parce des équipes nombreuses et des moyens importants ont permis de tester ceci ou cela mieux que vous ne pourriez le faire avec des moyens réduits. Regarde les sites des quotidiens français et la manière dont ils ont évolué depuis les premières home page institutionnelles : ils ont toujours suivi les évolutions de la presse américaine avec un temps de retard, qu’il s’agisse de maquette, d’ergonomie, de typo, de rubriquage…

Moi ça me parait assez normal. Pourquoi réinventer la poudre si l’on sait ce qui marche ? Quel est le bénéfice ? Ok, il va y avoir des spécialistes du Web qui vont dire que ça ressemble au site de la Maison-Blanche ? Et alors ? Les types qui font Fnac.com ne regardent pas ce qui marchent sur Amazon ?

Et toi, quand tu travailles pour un client, tu ne te sers pas de l’expérience acquise chez le client précédent ? Tu ne regardes pas les boulots similaires aux Etats-Unis ? Et dans ce cas, ne regardes-tu pas ce qui marche plutôt que ce qui foire ?

Hugues le 30 mars 2010 à 12:03

Hugues : il y a inspiration, et copie. Il ne s’agit pas ici d’un peu d’inspiration, mais d’une copie intégrale, de plein d’éléments du site d’Obama.

Tout le monde s’inspire de ce que fait un autre, benchmarke. Mais le benchmark, c’est savoir puiser de l’inspiration, repérer des bonnes pratiques, et les adapter à son environnement et sa problématique.

Ici, ce n’est pas le cas, et c’est absolument risible. Je suis bien le premier à m’en désoler.

nicolas le 30 mars 2010 à 12:03

c’est vrai que c’est copie conforme…mais il faut qu’il grandisse pôur atteindre Barack, notre ami nicolas

laurent le 30 mars 2010 à 01:03

Versac, je crois que ce site s’adresse au plus grand nombre et non aux accrocs et experts du web 2.0 et force et de constater qu’il répond plutôt bien à cette cible.
Qui ira hormis toi et quelques uns ira comparer avec le site de la maison blanche ou que telle ou telle fonctionnalité n’est pas exploitée ?

Nous ne sommes pas loin d’un certain ethnocentrisme.

marc vasseur le 30 mars 2010 à 02:03

MArc : je ne dis pas le contraire. D’ailleurs, une belle citroën, à laquelle on collerait une carosserie de Buick, pour ressembler à celle de Barack Obama, serait du meilleur effet; comme véhicule présidentiel, et le grand public n’y verrait que du feu…

nicolas le 30 mars 2010 à 05:03

@François Granger : ok, tu as raison… J’ai été un peu vite en me basant sur d’autres articles lus… sans vérifier ! J’aurais du. Le site passe en effet parfaitement le test.

Didier Misson le 30 mars 2010 à 05:03

Petite remarque: il n’est pas un peu grand le bras de Barack Obama sur la photo?

Stéphane le 30 mars 2010 à 06:03

Entièrement d’accord avec Hugues – On copie ce qui marche et il n’y a pas de honte à avoir. Nicolas Vambremeersh n’a-t-il pas fait partie d’une équipe socialiste charge d’”étudier” la campagne Obama pour inspirer les socialistes français ? C’était du benchmarking…
Ce qui marche sert d’exemple et il est normal de s’inspirer – même très fortement – de best practice en la matière. Hors le best practice est souvent à aller chercher hors des frontières de France…
Donc – bien joué Sarko sur ce coup là – c’est un excellent site.

Ernst le 30 mars 2010 à 10:03

Cher Ernst, vous serez écouté quand vous prendrez soin d’écrire mon nom correctement. Et pas que mon nom.

Quant à votre idée d’inspiration, même très forte, des pays étrangers, je suggère qu’on développe enfin le modèle. Un Boeing présidentiel plutôt qu’un Airbus, des GMC plutôt que des C5 à l’Elysée, des F16 plutôt que des Rafale, des spots de pub du gouvernement qui soient juste des traductions de spots américains.

Enfin, je propose de remplacer notre bon vieux drapeau bleu-blanc-rouge par une autre modèle, avec une cinquantaine d’étoiles blanches sur fond bleu, et des rayures rouges et blanches.

nv le 30 mars 2010 à 11:03

Joli blason, la monarchie revient à grand pas :)
Ce qui m’éclate le plus, ce sont les métas et le référencement, c’est à pleurer de rire, ce code source est à mourir de rire, c’est Jean qui l’a copié collé de quelque part ?

Regardez les méta Keywords, j’aime beaucoup “visites virtuelles” ça ressemble bien au président mdrrr

Le Rocrocodile le 31 mars 2010 à 11:03

D’accord pour les accents.
Mais copier ce qui est bon, ce n’est pas con.

-
Oui, copier, ce n’est pas forcément con. Mais autant copier le NYT, ou quelque chose qui ressemble moins à quelque chose de comparable. Coca copiant pepsi, ce serait ridicule, mais copiant Adidas, pourquoi pas ?

sk†ns le 31 mars 2010 à 12:03

Ce n’est qu’une pâle copie du site de la Maison Blanche

-
J’ai supprimé le lien : avant de faire sa pub, c’est bien de lire le billet…

Le Rocrocodile le 31 mars 2010 à 12:03

On se demande si on aura un jour un site de présidence qui sortira sans faire rire tout le petit monde de l’internet.

Espérons que non ! Pour 2012, je veux au moins Royal ou Bayrou pour refaire ce site. Tiens, Sarkozy, Bayrou et Royal n’ont pas seulement le même âge, ils ont quatre lettres en commun : R, O, Y et A. Ça m’épate de m’en rendre compte seulement maintenant.

Blogueur Influent le 31 mars 2010 à 06:03

Pardon Nicolas d’avoir écorché votre nom de famille.

Après, vos propos dans votre dernier commentaire sont comme qui dirait un peu caricaturaux et ne font pas preuve de grand discernement…

-
Parce que les vôtres font preuve de mesure et lucidité ? Laissez-moi rire !

Ernst le 31 mars 2010 à 09:03

moi je le trouve pas mal le logo, assez chic
Le faisceau des licteurs donne un petit coté 3e Republique assez sympa, un peu décalé.
Et le logo est franchement plus réussi que celui de la Maison Blanche.

the key le 2 avril 2010 à 02:04

“Faire sa pub”, j’aime bien…Toujours dans la délicatesse. Fermez les commentaires si vous n’en désirez pas.

Le Rocrocodile le 4 avril 2010 à 05:04

Ne mésestimer pas le grand public : “le grand public n’y verrait que du feu…”
Il est aussi intelligent que vous mêm si il n’a pas les mêmes diplomes

Emile le 6 avril 2010 à 09:04

Bonjour,

Etonnant que pour un site institutionnel français, il soit hébergé aux Etats Unis :

Réponse ne faisant pas autorité :
Nom : cdn.cdn-tech.com.c.footprint.net
Addresses: 4.23.56.254, 198.78.221.254
Aliases: http://www.elysee.fr

LORANT22 le 29 décembre 2011 à 06:12

モンクレール ダウン モンクレール ダウン Hubert メンズ ジャケット ブラック [5219] – 1952年に創業したモンクレールは、軽量で保温力に優れる、機能的なダウンウェアを 開発。
モンクレール ダウン http://abbeyengineering.net/idc/moncleroutlet.html

モンクレール ダウン le 9 février 2014 à 11:02

es ist die verspielte Seite von Sex.”.Da im A 180 CDI mit Automatik ja der echte

snapback kappe le 17 mai 2014 à 07:05

Ajouter un commentaire